Mes meilleurs souvenirs de vacances ! Voyages et photos

Passionné de voyages, de photo, de vidéo et de diaporamas, partagez mes meilleurs souvenirs de vacances, préparez votre voyage et améliorez vos photos !

Besançon: Top 25 Meilleures Activités et Visites à Faire (en ce moment)

Sur une boucle du Doubs connue sous le nom de Boucle, Besançon est une ville merveilleuse qui était autrefois un enjeu stratégique pour les grands empires d’Europe.

Le Doubs offrant à la ville un fossé naturel, Besançon n’aurait guère pu être plus facile à défendre, d’autant que la seule voie d’accès terrestre était un promontoire monumental.

Et c’est sur ce relief que l’architecte militaire Vauban a construit une citadelle qui n’a pas d’égal en France.

Les bâtiments les plus anciens de la ville sont aussi singuliers que beaux en raison de leur pierre « Chailluz », qui est striée de nuances de bleu, de gris et de beige.

Partons à la découverte des meilleures choses à faire à Besançon.


1- La Citadelle

La citadelle, annoncée par l’UNESCO, est sans doute le fleuron de Vauban.

Le génie militaire a conçu ce complexe fortifié de 11 hectares dans les années 1660, et il s’adapte au promontoire gigantesque situé au col de la boucle de la rivière Doube.

Le projet est aussi novateur que coûteux, et Louis XIV se demande en plaisantant si les murs ont été construits avec de l’or.

Cette construction gigantesque, qui pourrait contenir une ville de 10 000 habitants, est une attraction en soi, avec des dimensions presque absurdes, comme le puits qui perce la roche-mère à 132 mètres de profondeur.

Les bâtiments préservés de la citadelle abritent également des musées, ainsi qu’un jardin botanique, un zoo et une ferme pour enfants.

2- Le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie

En 1694, l’abbé et savant Jean-Baptiste Boisot lègue son trésor de manuscrits, bustes, médailles, tableaux et livres aux moines bénédictins de Saint-Vincent, à condition qu’il soit mis à la disposition du public deux jours par semaine.

C’est ainsi qu’est né le plus ancien musée de France.

Depuis, d’autres donations sont venues enrichir les collections, réparties entre l’archéologie, le dessin et la peinture.

Tous les départements méritent que l’on s’y attarde, qu’il s’agisse du taureau en bronze et des mosaïques gallo-romaines, ou d’un étonnant cabinet de dessin avec des pièces de Rubens, Dürer, Rembrandt, Delacroix et Matisse.

La section des beaux-arts est également remarquable, avec des œuvres de Titien, Bellini, Breughel l’Ancien, Goya et Renoir, pour n’en citer que quelques-unes.

3- Le Musée de la Résistance et de la Déportation

Le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie (source : clespourlhistoire.ac-besancon.fr)

Le musée de la résistance et des camps de concentration de Besançon est un lieu chargé d’émotion.

Le musée est installé dans le bâtiment des cadets de la Citadelle, et ce n’est pas un hasard si une centaine de résistants y ont été fusillés pendant la guerre.

Dans 20 salles, on trouve des documents, des photographies et des récits écrits d’embuscades et d’actes de sabotage, ainsi que l’histoire plus générale de la montée du nazisme et du gouvernement de Vichy.

Les galeries de la déportation, avec des œuvres d’art de Jean Daligault et Léon Delarbre, peintres et résistants qui ont fini dans des camps de concentration, sont également en mouvement.

4- Le Musée du Temps

À la fin du XVIIIe siècle, les artisans suisses ont afflué à Besançon, faisant d’elle l’une des capitales européennes de l’horlogerie.

Cet héritage se retrouve aujourd’hui dans les industries de nanotechnologie de la ville, pour lesquelles Besançon est un leader mondial.

Le Musée du Temps, qui retrace l’ancienne quête de la mesure du temps, regorge de cadrans solaires, de sabliers, de montres anciennes, d’horloges astronomiques et d’un pendule de Foucault.

On y trouve également des expositions de pointe sur les nanotechnologies et l’avènement de la mesure électronique du temps au milieu du XXe siècle.

La maison du musée, le Palais Granvelle, est aussi captivante que les galeries, datant des années 1530 et dont l’architecture s’inspire de la Renaissance.

5- La cathédrale de Besançon

La cathédrale de Besançon (source : patrimoine-histoire.fr)

Avec de nombreuses rénovations et reconstructions au fil des siècles, la cathédrale est un mélange saisissant de styles, du roman au baroque.

Ce qui la distingue de la plupart des églises, ce sont ses deux chœurs, un chœur et un contre-chœur.

C’est quelque chose que l’on ne voit normalement que dans l’architecture rhénane.

Si vous avez le temps, il y a beaucoup à voir à l’intérieur, comme la magistrale horloge astronomique (que nous aborderons ensuite), 30 somptueuses peintures et un autel roman du 11e siècle taillé dans du marbre blanc.

Des personnages importants y sont également enterrés, comme huit des ducs souverains de Bourgogne dans la chapelle du Sacré-Cœur.

6- L’horloge astronomique

Dans les années 1850, la cathédrale a demandé au maître horloger Auguste-Lucien Vérité de construire une horloge astronomique pour remplacer une horloge défectueuse fabriquée quelques années auparavant.

En raison de l’échelle, de la qualité du travail et de la complexité de cet instrument, de nombreuses personnes viennent à la cathédrale uniquement pour voir l’horloge.

Elle mesure près de six mètres de haut et se compose de 30 000 pièces mécaniques.

Elle compte 70 faces, qui mesurent un nombre stupéfiant de données, comme les orbites des planètes, et décrit même les éclipses avec son propre petit planétarium.

7- Le Quai Vauban

Le quai Vauban (source : notrefrance.com)

Les bords du Doubs, autour du Pont Battant, sont absolument magnifiques.

Les quais à arcades portent le nom de l’ingénieur militaire responsable de la citadelle, mais ils n’ont pas grand-chose à voir avec lui.

Ils ont été conçus au début des années 1690 par l’architecte Isaac Robelin et ont peut-être même été construits contre l’avis de Vauban.

Quelle que soit l’histoire d’origine, le décor est de rêve, surtout depuis la rive droite ou le pont, où la pierre bleu grisâtre des façades se reflète dans le Doubs.

8- Le quartier de Battant

Sur la rive droite du Doubs, au nord de la Boucle, se trouve le quartier Battant, qui compte plus de 30 hectares de rues en pierre protégées où l’on peut flâner pendant quelques heures.

La raison de toute cette histoire est que, pendant des siècles, le Pont Battant a été le seul point de passage de la rivière, de sorte qu’une sorte de banlieue s’est formée autour du pont, puis sur les pentes qui étaient à l’origine des vignobles.

Comme l’approche nord de la ville devait être gardée, il y a des remparts conçus par Vauban, et des tours plus anciennes, Pelote et Montmart, datant des 15ème et 16ème siècles.

9- La Porte Noire

La porte noire (source : routard.com)

En descendant de la cathédrale, la rue de la Convention passe sous un arc de triomphe romain qui se trouve là depuis les années 170.

Après 1 800 ans d’érosion, les nombreuses sculptures de l’arc sont devenues plutôt pâles.

Cela est dû au matériau avec lequel elles ont été réalisées, car le calcaire de Vergenne utilisé pour l’arc est connu pour être très facile à travailler, mais il est également sujet aux intempéries.

Vous pouvez encore distinguer les traces de ces sculptures anciennes, qui ont été réalisées pour marquer les campagnes de Marcus Aurelius contre les Parthes.

10- La Maison natale de Victor Hugo

À quelques pas de la cathédrale et de la Porte Noire se trouve l’appartement où le grand auteur et humaniste Victor Hugo est né en 1802.

Le père militaire de Hugo était en poste à Besançon pour quelques mois seulement avant d’être muté à Marseille et d’emmener sa famille avec lui.

L’appartement est devenu un musée en 2013, tandis que la pharmacie Jacques de Besançon qui occupait le rez-de-chaussée du même bâtiment a été restaurée telle qu’elle était au début du XIXe siècle.

Certaines des possessions d’Hugo s’y trouvent, tandis que les murs de l’appartement sont ornés de panneaux portant ses citations mémorables, vous invitant à réfléchir à son influence politique et littéraire permanente.

Les frères Lumière et l’écrivain Charles Nodier sont également nés sur cette place de la Grand Rue.

11- Le Fort de Chaudanne

Le fort chaudanne (source : monumentum.fr)

Pour admirer à la fois le centre-ville et la citadelle de Besançon en une seule et même vue, il faut se rendre au

Fort de Chaudanne, situé sur une colline voisine, au bord du Doubs.

C’est l’une des meilleures façons de voir la citadelle de Vauban dans toute sa majesté et de remarquer comment elle semble grandir depuis ses falaises rocheuses.

La vue sur la ville est d’autant plus saisissante que les nombreux toits vitrés à motifs sont la marque de l’architecture traditionnelle franc-comtoise.

La promenade jusqu’au fort, construit dans les années 1840 et aujourd’hui utilisé comme théâtre, dure environ une heure depuis le centre, à travers des bois de feuillus.

Il y a beaucoup d’espace pour pique-niquer ici et vous pouvez trouver un mémorial pour les soldats américains qui sont tombés en prenant cette position en 1944.

12- L’Église Sainte-Madeleine

Dans les années 1700, l’ancienne église gothique Sainte-Madeleine, qui se trouvait ici dans le quartier Battant, commençait à tomber en ruine, si bien que de grands projets ont été conçus pour une imposante église néoclassique de remplacement.

Elle a été construite par étapes au cours du siècle suivant et est célèbre pour ses voûtes exquises soutenues par de hautes colonnes cannelées.

On y trouve beaucoup d’objets d’art provenant de l’ancienne église, comme les fonts baptismaux Renaissance du XVIe siècle représentant l’arbre de vie.

L’église abrite également un musée de trois salles consacré à l’histoire passionnante du quartier Battant, qui montre comment il s’est développé et qui étaient ses personnalités importantes.

13- Les Hôtels Particuliers

L’Hôtel de Champagney (source : routard.com)

L’histoire de Besançon est très complexe. Pendant environ 200 ans, jusqu’aux années 1670, la ville a fait partie de l’empire des Habsbourg, c’est-à-dire de l’Espagne.

Cette période a coïncidé avec la Renaissance et a donné à la ville de nombreuses demeures en pierre de style espagnol, dont la plupart sont encore debout aujourd’hui.

L’Hôtel de Champagney, classé monument historique français, date de 1565 et possède une galerie Renaissance à deux étages, des fenêtres à meneaux et des gargouilles.

La Maison Espagnole du XVIIe siècle a été achevée peu après que la ville soit passée sous contrôle français, mais elle montre l’influence espagnole persistante avec des grilles en fer forgé au-dessus des fenêtres du rez-de-chaussée.

14- Les Maisons Comtoises de Nancray

Dans 15 hectares de verdure, en amont de Nancray, se trouve un musée de plein air présentant aux enfants et aux adultes l’authentique culture rurale comtoise.

Les adultes seront impressionnés par les bâtiments historiques en bois datant des années 1600, sauvés de la démolition, transportés ici et reconstruits pièce par pièce.

À l’intérieur, l’atelier du tisserand, le grenier et la boulangerie vous plongeront dans la vie rurale de la région.

Les enfants craqueront pour les animaux de la ferme, tous de race régionale, et huit jeux de piste téléchargeables autour de ce décor bucolique vous permettront de jouer avec votre téléphone.

15- La Forêt de Chailluz

Il n’est guère nécessaire de quitter la ville pour pénétrer dans cette étendue de nature sauvage qui commence au nord de Besançon.

Venez faire une promenade réparatrice, sur l’un des sept sentiers différents, qui sont tous bien balisés et complétés par des panneaux d’information sur la riche histoire et la nature de la forêt.

C’est ici qu’a été extrait, à partir des années 1500, le calcaire oolithique qui a servi à construire la majeure partie du centre de la ville.

Le sous-bois recèle des vestiges oubliés de la petite industrie, avec une douzaine de carrières de dalles historiques et plus de 200 fours à chaux, remontant jusqu’aux années 1400.

En chemin, gardez un œil sur les cerfs, les chamois et les faucons pèlerins qui nichent dans les recoins des falaises de la Dame Blanche.

16- Le Fort de Brégille

Elle est également connue sous le nom de Bregille forte. Il a remplacé une fortification militaire qui était considérée comme désuète, notamment parce qu’elle avait été prise par l’ennemi en 1814.

Le gué de Bregille a été construit de 1820 à 1832. Il est situé au sommet de la colline de Bregille, à 446 m au-dessus du niveau de la mer. Le bâtiment abrite aujourd’hui une fourrière pour la Société protectrice des animaux et pour la police municipale.

Aujourd’hui, l’accès au fort lui-même est limité au grand public, mais ses environs restent ouverts au public qui peut s’y promener et profiter de la vue verdoyante.

Faites une randonnée le long du fort et découvrez l’ancien système de fortification de la ville.

17- Le sentier karstique du Grand Bois

Le karst est un type d’érosion spécifique aux régions calcaires.

Le sentier karstique du Grand Bois se traduit par Sentire Karstique Du Grand Bois en français.

Il s’agit de l’un des plus anciens sentiers karstiques de France.

Il est situé près de Mérey-sous-Montrond, dans le Jura.

Randonnez le long du sentier sécurisé qui offre une vue impressionnante sur le karst, du haut comme du bas.

Emerveillez-vous devant la vue étonnante du paysage calcaire corrodé et couvert de mousse.

Découvrez les grottes, gouffres, dolines et lapiaz en parcourant le sous-sol.

18- La Chapelle Notre-Dame Du Refuge

Suite à la 2ème conquête de la Franche-Comté en 1678 par le roi Louis XIV de France, l’archevêque de Besançon fait construire l’hôpital Saint-Jacques en 1686 pour lutter contre la possible dépravation des jeunes filles par les étrangers, les Français.

En 1709, le « Couvent du Refuge » est ajouté. Puis cette chapelle en 1739.

Cette chapelle baroque doit son nom à l’établissement créé pour abriter les jeunes filles « en danger immoral ».

Elle a été conçue par Nicolas Nicole. La chapelle de Notre Dame du Refuge a été classée monument historique le 16 juin 1970.

La chapelle est coiffée d’un dôme en tuiles vernissées et présente des médaillons peints, des chefs-d’œuvre et des sculptures de Claude François Devosge.

19- Faire de la randonnée ou du trail

Besançon abrite d’innombrables sentiers et organise même une course annuelle de trail en mai, appelée le Trail des Forts.

Si vous n’êtes pas un coureur, ne vous inquiétez pas.

Vous pouvez toujours marcher sur ces sentiers.

Le Fort de Chaudanne est une randonnée populaire, mais vous pouvez aussi essayer certains des parcours plus longs du Trail des Forts, comme le 19km.

N’oubliez pas que ces parcours traversent la Citadelle par l’arrière, ce que vous ne pourrez pas faire tout seul.

Vous pouvez facilement trouver un autre itinéraire, et n’hésitez pas à modifier d’autres parties du parcours.

20- Parcourir un magasin d’antiquités

Il y a un magasin d’antiquités amusant appelé L’occas à p’tit prix bric à brac.

Si vous êtes à la recherche de meubles, de vaisselle, de paniers et d’autres articles ménagers, jetez un coup d’œil à la sélection du magasin.

N’oubliez pas que les allées du magasin sont assez étroites et que vous ne devez pas emporter de sacs encombrants.

Vous devrez peut-être aussi payer en espèces, alors soyez prêt.

21- Acheter des spécialités régionales au marché couvert

Il semble que chaque ville française ait un marché couvert, et Besançon n’est pas différente.

Visitez le marché couvert des beaux-arts pour des produits frais, de la viande/fruits de mer, du fromage et du vin.

Les amateurs de fromage voudront peut-être essayer le comté, une spécialité régionale dont on dit qu’elle a un goût de noisette et de terre tout en ayant une texture crémeuse.

Le fromage est souvent fondu pour la fondue lorsqu’il est jeune, et les versions plus âgées sont consommées nature ou utilisées en cuisine.

Même si vous n’avez pas besoin d’acheter de nourriture, le marché couvert vaut certainement la peine que vous y fassiez un tour, juste pour l’ambiance.

Il est ouvert du mardi au samedi de 7 h à 19 h, et de 8 h à 13 h le dimanche.

22- Besançon vue d’en haut

Décollez de Besançon et profitez d’un vol en avion de tourisme au-dessus de la Bourgogne-Franche-Comté.

Vous survolerez différents points de l’est de cette région française, comme le Château de Joux, le lit du Doubs ou encore les vallées de la Loue et du Dessoubre.

Cliquez ici pour réserver .

23- Apprécier la beauté de la nature

Passez une journée au très beau lac de Chalain, situé à environ 80 km de Besançon.

Avec une longue plage dorée et une variété de sports nautiques comme la plongée, la planche à voile ou la pêche, c’est une escapade parfaite lors d’une journée d’été ensoleillée.

Vous pouvez également opter pour la randonnée afin d’obtenir les vues les plus spectaculaires depuis le sommet des montagnes ou profiter d’une séance d’équitation.

24- Déguster de délicieux vins blancs du Jura

Bien que les vins de Bordeaux et de Bourgogne soient connus dans le monde entier, les vins blancs locaux produits dans la région du Jura peuvent facilement rivaliser avec eux, les chardonnays étant particulièrement fins.

Si vous avez du temps à perdre, allez faire un tour à Arbois qui est spécialisé dans les vins blancs.

Il vous faudra environ 40 minutes en voiture ou 20 minutes en train.

Il y a un certain nombre de caves à vin où vous pouvez goûter les spécialités locales avant d’acheter.

Outre le vin, vous pouvez acheter d’étonnants fromages locaux dans un magasin de ferme à proximité, idéal pour accompagner votre vin.

25- Le Synagogue de Besançon

La synagogue de Besançon est le principal lieu de culte juif de la ville de Besançon, en France. L’édifice est situé dans le quartier de Battant, près du centre ancien de la ville.

Il a été construit en 1869 et a été inauguré le 18 novembre. Depuis 1984, le bâtiment est annoncé comme un monument historique.

Une communauté juive s’est formée dans la ville impériale libre de Besançon au XIVe siècle, après l’expulsion des Juifs du Royaume de France, mais a été contrainte de partir peu après.

Elle ne s’est reformée que peu après la Révolution française. Un décret impérial du 22 mai 1867 autorise la communauté à acquérir un terrain sur le quai Napoléon.

La communauté confie alors à l’architecte local Pierre Marnotte la mission de concevoir un bâtiment dans le style marocain.

Découvrez aussi : Les Top 25 des choses à faire en Alsace



Qu’en pensez vous ?
Vous êtes libre de laisser un commentaire ci-dessous

Joelaindien

Pierre, alias Joelaindien, est ingénieur en aménagement du territoire, diplômé de l'ENS d'Horticulture et d'Aménagement du Paysage. Il est passionné de voyages, des deux côté de la barrière, puisqu'il est à la fois voyageur invétéré et propriétaires de locations saisonnières. Il sera ravi de répondre à vos questions, laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page