Mes meilleurs souvenirs de vacances ! Voyages et photos

Passionné de voyages, de photo, de vidéo et de diaporamas, partagez mes meilleurs souvenirs de vacances, préparez votre voyage et améliorez vos photos !

Côte d’Ivoire : Quelle est l’Importance du Tourisme ? (et son avenir)

Le retour à la stabilité du pays à la suite des conflits pendant la majeure partie des années 2000, ainsi que la croissance élevée qui en a résulté, ont catalysé la renaissance du secteur du tourisme.

Alors que la contribution du tourisme au PIB ne s’élevait qu’à 0,6 % en 2011, en avril 2017, Côte d’Ivoire Tourisme, l’organisme chargé de promouvoir le secteur du tourisme, a annoncé qu’en 2016, cette proportion avait augmenté pour atteindre 7,5 %, contre 4,8 % en 2015.

Voyant un fort potentiel dans la beauté naturelle du pays, la culture de l’hospitalité et l’explosion démographique des jeunes, le gouvernement a choisi le tourisme comme l‘un de ses secteurs prioritaires.

Dans le cadre du Plan national de développement (PND) 2016-2020, le ministère du tourisme a mis en œuvre une stratégie visant à en faire l’un des trois principaux contributeurs au PIB.

Les chiffres de croissance des dernières années indiquent qu’il s’agit d’un objectif réalisable, bien que certains acteurs du secteur préviennent que la forte croissance du tourisme domestique et d’affaires masque les difficultés auxquelles le pays pourrait faire face alors qu’il tente d’augmenter le nombre croissant de visiteurs internationaux venant à des fins de loisirs.

Selon le World Travel & Tourism Council (WTTC), la contribution directe du secteur du tourisme au PIB de la Côte d’Ivoire devait se maintenir à 4,8 % en 2019, soit un niveau inchangé par rapport à 2018 et 2017, mais en hausse par rapport à 4,1 % en 2014 et 3,2 % en 2012. … Les dépenses liées aux voyages d’affaires devraient augmenter de 7,6 % en 2019.


En évolution

En avril 2017, Côte d’Ivoire Tourisme a annoncé que la contribution totale du secteur au PIB avait atteint 1,54 milliard de FCFA (2,3 milliards d’euros) en 2016, soit 7,5% du total national.

Cela représente une année de croissance exceptionnelle pour le secteur, qui a contribué en 2015 à 836 milliards de FCFA (1,3 milliard d’euros), soit 4,8% du PIB.

Il convient de noter que ces chiffres représentent la contribution totale du tourisme au PIB, y compris ce que le World Travel & Tourism Council (WTTC) appelle les «impacts plus larges» du tourisme sur tous les aspects de l’économie, qui comprend également les industries associées telles que:

  • le transport
  • la logistique
  • la construction
  • et la production alimentaire.

Les chiffres du WTTC concernant l’impact direct de l’industrie du tourisme en 2016 étaient également solides, enregistrant 3,6% du PIB total, contre 2,3% en 2015.

Selon le «Hospitality Report Côte d’Ivoire» 2017 produit par l’agence de voyages en ligne Jumia Travel en partenariat avec Accor Hotels, les recettes du secteur du tourisme pour 2015 ont été estimées à 419 milliards de FCFA (638 millions d’euros), ces chiffres devraient avoir augmenté d’un peu plus de 4,8% en 2016 pour atteindre 439 milliards de FCFA (669 millions d’euros).

La contribution directe et totale du tourisme au PIB devait maintenir une croissance significative en 2017, avec des prévisions du WTTC de 7,9 % et 6,9 %, respectivement.

Jean-Marie Somet, le directeur de l’Office national du tourisme, a caractérisé les chiffres de l’année 2016 comme une indication que le tourisme a pris un tournant après l’attaque terroriste de Grand-Bassam en mars 2016.

Cette attaque a fait 19 morts, dont une majorité de civils. Depuis, le nombre de visiteurs de la destination s’est suffisamment redressé pour lui valoir une place parmi les destinations les plus fréquentées du pays en 2017.

On avait craint que les attentats n’infligent des dommages à long terme aux perceptions internationales de la sécurité dans le pays.

Limiter le Tourisme : 8 Destinations (et 10 idées pour y parvenir)

Croissance continentale

Côte d’Ivoire : Quelle est l’Importance du Tourisme
La Côte d’Ivoire est un pays d’Afrique de l’Ouest

La croissance de l’industrie touristique du pays peut être considérée comme faisant partie d’une tendance plus large à l’intérêt croissant pour le tourisme africain, avec des arrivées de touristes internationaux en Afrique en hausse de 8% au cours des sept premiers mois de 2017, et les arrivées en Afrique subsaharienne augmentant de 10,3%.

En août 2017, le nombre d’arrivées dépassait les prévisions de croissance de 5 à 6% de l’Organisation mondiale du commerce des Nations Unies.

Selon le «Hospitality Report Africa» 2017, également produit par Jumia Travel et Accor Hotels, la région devrait attirer 64 millions d’arrivées de touristes internationaux en 2017, contre 58 millions en 2016.

Ce chiffre devrait atteindre 110 millions d’ici 2027.

L’Europe était le principal marché émetteur des arrivées internationales en 2016, avec 47,3%, et l’Asie-Pacifique a été le marché émetteur à la croissance la plus rapide, avec une croissance de 21,7%.

Domestique et international

L’essor de la classe moyenne et la forte croissance économique se reflètent dans les recettes du tourisme intérieur élevées,

le segment ayant contribué à 1,3 trillion de francs CFA (1,9 milliard d’euros) sur un total de 1,54 trillion de francs CFA (2,3 milliards d’euros) de dépenses de voyages intérieurs en 2016.

La contribution totale des visiteurs internationaux a augmenté, passant de 109,3 milliards de FCFA (166 millions d’euros) en 2015 à 115,6 milliards de FCFA (176 millions d’euros) en 2016, la part du segment international dans la valeur totale du secteur a diminué de 11,1% à 8,9%.

Cette croissance relativement prudente sur le segment international peut être comprise comme une conséquence naturelle de l’incident terroriste de mars 2016 à Grand-Bassam.

Cependant, le segment international devrait rebondir en 2017, le WTTC prévoyant une croissance des dépenses des visiteurs étrangers de 12,3%, contre 7,6% pour les dépenses de voyage intérieures au cours de la même période. 

Le ministère du Tourisme a tenté de développer la présence du pays à l’international en participant aux plus grandes réunions du secteur du tourisme au monde, notamment:

  • le salon international du tourisme espagnol
  • l’ITB Berlin en Allemagne
  • l’ITFM Top Resa en France
  • et le salon international du tourisme de Pékin en Chine.

Tourisme d’affaires

Conformément à une économie qui a enregistré une croissance moyenne du PIB de 9% entre les années 2012 et 2016, et qui s’est classée parmi les 10 économies à la croissance la plus rapide au monde en 2016, l’évolution post-conflit du secteur a été marquée par une forte augmentation du tourisme d’affaires. 

Le segment du tourisme d’affaires dépasse actuellement celui des loisirs, les dépenses des entreprises représentant 65,6% de la contribution du tourisme au PIB en 2016, atteignant 905,9 milliards de francs CFA (1,4 milliard d’euros), tandis que le tourisme de loisirs a contribué pour 34,4%, soit 475,3 milliards de francs CFA (724,6 millions d’euros).

Selon Jumia Travel, en 2016, Abidjan est devenue la capitale des affaires de l’Afrique de l’Ouest francophone, en grande partie grâce à l’accueil de nombreux événements commerciaux internationaux tels que le Africa CEO Forum et Africa Telecom People. 

Le Centre de conférences d’Abidjan pourrait donner à la ville un avantage concurrentiel dans la région en tant que destination pour:

  • les réunions
  • les incitations
  • les conférences
  • et les expositions (MICE)

grâce à environ 2000 mètres carrés d’espace de réunion, a noté le “Horwath Hotel Tourism and Leisure (HTL) Special Market Report” de février 2017.

Dans le cadre d’une tendance internationale dans le segment MICE (de l’acronyme anglais « Meetings, incentives, conferencing, exhibitions »), HTL s’attend à ce que l’infrastructure MICE du pays continue à se développer en réponse à la demande croissante.

Selon le rapport 2017 du WTTC sur le tourisme en Côte d’Ivoire, le tourisme d’affaires devrait continuer à être un domaine de forte croissance, les dépenses des entreprises devant augmenter de 7,8% en 2017.

Le WTTC estime que les dépenses annuelles totales des entreprises doubleront au cours de la prochaine décennie, passant de 1,3 milliards d’euros en 2016 à 2.5 milliards d’euros en 2027.

L’attrait du tourisme d’affaires a conduit les acteurs du tourisme de loisirs à appeler à une plus grande intégration entre les deux segments, les deux pouvant bénéficier de la capacité du segment des loisirs à ajouter de la valeur aux expériences du tourisme d’affaires.

«La plupart des touristes viennent à Abidjan pour affaires, mais le réel potentiel de revenus se situe dans d’autres segments, tels que les loisirs et l’agro-tourisme», a déclaré Nadine Bla, PDG de la société de tourisme ivoirienne Capital Connect, à OBG.

Hôtels

Côte d’Ivoire : Quelle est l’Importance du Tourisme
Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire

La croissance du nombre de visiteurs d’affaires a entraîné une vague d’activités d’investissement dans le segment de l’hôtellerie, avec de nombreuses grandes chaînes hôtelières mondiales qui s’installent dans le pays.

Les chiffres officiels indiquent que le nombre d’hôtels dans le pays a presque doublé entre 2000 et 2015, et le gouvernement s’est fixé pour objectif d’ajouter 5 000 chambres supplémentaires, nouvelles ou rénovées, à l’offre totale jusqu’à 2020.

Les grandes chaînes hôtelières contribuent également au nombre de chambres rénovées dans des propriétés ivoiriennes, avec le groupe hôtelier multinational français Accor Hotels investissant dans:

  • le Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire
  • le Novotel
  • le Pullman Hotel
  • l’Ibis Plateau
  • et l’Ibis Marcory.

Dans l’ensemble, l’offre hôtelière du pays est actuellement estimée à plus de 2 000 hôtels pour une capacité totale de 38 000 chambres.

La plupart des développements de l’infrastructure hôtelière ces dernières années ont eu lieu à Abidjan, ce qui signifie que l’infrastructure hôtelière dans d’autres régions du pays reste relativement sous-développée.

Selon le «Hospitality Report Côte d’Ivoire» 2017, Abidjan était l’une des 10 destinations les plus populaires du continent pour les réservations d’hôtels en 2016, et la ville a également été mise en avant comme l’une des principales destinations d’affaires du continent et en a bénéficié des plans des chaînes hôtelières internationales visant à accroître les investissements dans les centres émergents d’Afrique pour les affaires internationales.

Au total, 365 pipelines de développement de chaînes hôtelières ont été signalés en Afrique en 2016, en hausse de 29% par rapport à l’année précédente.

Selon Accor Hotels, la Côte d’Ivoire figurait dans le top 5 du continent en termes de demande de réservation, aux côtés de l’Algérie, du Maroc, du Nigéria et du Kenya.

Le pays représente une option relativement abordable pour les voyageurs potentiels, avec des prix moyens des chambres dans les hôtels allant de 21 € par nuit à Bouaké à 58 € par nuit à Grand-Bassam.

À Abidjan, les prix moyens des chambres de 53 € par nuit se comparent favorablement à ceux des autres grandes destinations subsahariennes telles que :

  • Lagos (71 €)
  • Nairobi (68 €)
  • Accra (79 €)
  • et Mombasa (69 €).

Malgré l’afflux de chaînes hôtelières internationales, les chiffres de 2016 indiquent que les options de milieu et bas de gamme restent les plus populaires.

Selon le rapport Jumia Travel, les hôtels trois étoiles ont reçu le plus grand pourcentage de réservations, à 37%, suivis des hôtels deux et une étoile avec 31% et 24%, respectivement.

Les hôtels quatre et cinq étoiles réunis représentaient moins de 10% de part de marché, à respectivement 7% et 1%.

L’arrivée de nouvelles chaînes hôtelières internationales sur le marché quatre et cinq étoiles créera une demande supplémentaire de travailleurs du secteur, qui devrait être satisfaite par l’ouverture de l’École hôtelière de Grand-Bassam (Ecole hôtelière de Grand-Bassam , EHB).

En février 2017, l’école a eu son ouverture officielle, présidée par Siandou Fofana, ministre du Tourisme, et Somet. Construit pour un coût de 1,2 milliard de FCFA (1,8 M €), le centre de formation propose:

  • un baccalauréat en gestion hôtelière
  • des diplômes de spécialisation en hôtellerie
  • et des études continues en gestion hôtelière et touristique

– pour 300 étudiants par an.

L’ouverture de l’EHB ajoutera un débouché indispensable pour le développement des ressources humaines et devrait contribuer à une augmentation des normes à court et moyen terme.

Le taux d’occupation moyen à Abidjan a atteint 65% en 2016, selon les données HTL. Ce chiffre est en légère baisse par rapport à 2015, ce qui peut être attribué à l’augmentation de l’offre de chambres induite par l’ouverture de grands hôtels comme le Radisson Blu en mars 2016.

Les clients de l’hôtel étaient majoritairement européens (40%), ou africains (33%), les pays de la CEDEAO constituant une proportion significative de ce dernier sous-ensemble.

Après Abidjan, Yamoussoukro est le deuxième marché hôtelier du pays, avec une offre importante à l’hôtel Président (285 chambres) et à l’hôtel HP (300 chambres).

Selon HTL, les performances hôtelières de la capitale restent faibles, avec une demande rythmée par de grands événements et conférences.

En tant que tel, la concentration des développements à Abidjan ne devrait pas changer à court et moyen terme, des zones comme le Plateau, Cocody, Marcory et Treichville devraient toutes recevoir un approvisionnement supplémentaire de moyen à haut de gamme.

Cependant, le segment MICE en pleine croissance présente des opportunités de développement hôtelier dans les zones côtières telles que Grand-Bassam, Assinie et Jacqueville.

Investissement croissant

Dans le cadre de la croissance de l’industrie du tourisme pour devenir l’un des trois principaux contributeurs au PIB du pays, le ministère du Tourisme a réussi à attirer les investissements.

Dans le cadre des projets touristiques prévus dans le cadre du PND 2016-2020, 63% des financements devraient provenir du secteur privé, le gouvernement couvrant les 37% restants.

Le Centre de promotion des investissements de Côte d’Ivoire présente un certain nombre de projets de partenariat public-privé pour lesquels il sollicite la participation du secteur privé, notamment l’Hôtel Président de Yamoussoukro et le Golf Hôtel de Yamoussoukro.

L’évolution la plus récente sur le front de l’investissement a été l’annonce en avril 2017 de la signature par le groupe bancaire marocain Attijariwafa d’un accord pour la création de deux fonds d’investissement dédiés au secteur du tourisme et de l’hôtellerie, d’un montant total combiné de 4,5 milliards d’euros.

Le premier est destiné à consolider le financement du secteur, tandis que le second est destiné à soutenir la canalisation de l’épargne institutionnelle vers l’industrie touristique ivoirienne.

Le même mois, Fofana a annoncé que le gouvernement augmenterait le budget de ses fonds de développement touristique désignés, en mettant l’accent sur la promotion du patrimoine culturel du pays et des segments de l’écotourisme.

Les atouts

Le large éventail d’offres dans la région – y compris le tourisme culturel, religieux, de loisirs et d’affaires, et les segments de niche sous-exploités tels que le sport ou l’écotourisme – sont de bon augure pour la croissance du secteur.

Avec quatre identités culturelles principales, plus de 60 groupes ethniques et presque autant de langues, la Côte d’Ivoire est un pays culturellement diversifié de 24 millions d’habitants bien connu pour être réceptif et hospitalier envers les étrangers.

«Les gens sont très accueillants ici. Chaque pays a ses propres particularités, mais l’un des atouts les plus forts de la Côte d’Ivoire en tant que destination est que les gens ont un caractère très sympathique », a déclaré à OBG Teshome Gebreselassie, responsable pays pour la Côte d’Ivoire chez Ethiopian Airlines.

Une caractéristique clé du tourisme religieux est la basilique Notre-Dame de la Paix, qui a été calquée sur la basilique Saint-Pierre au Vatican et est située à Yamoussoukro.

La diversité du pays se reflète dans les différents festivals célébrés tout au long de l’année, avec le festival Abissa à Grand-Bassam parmi les événements les plus anciens et les plus populaires du pays.

Célébrant le peuple N’Zima, le festival est un événement culturel traditionnel qui se déroule chaque année à la fin du mois d’octobre et attire des milliers de visiteurs.

Parmi les autres festivals traditionnels proposés, citons le carnaval Popo de la ville de Bonoua et le festival des Ignames célébré dans l’est du pays.

Pour ajouter au nombre croissant d’événements MICE accueillis par le pays, il commence également à accueillir des événements sportifs et culturels internationaux.

En juillet 2017, Abidjan a accueilli les Jeux de la Francophonie, l’événement annuel multisports et culturel organisé par l’Organisation Internationale de la Francophonie qui a rassemblé plus de 4000 participants de 70 pays.

En 2021, la Côte d’Ivoire accueillera une autre compétition sportive majeure, la Coupe d’Afrique des Nations de football.

Les Meilleures Façons de se Déplacer Sans Voiture pour Visiter en France

Sites Unesco

Côte d’Ivoire : Quelle est l’Importance du Tourisme
Mont Nimba

Grand-Bassam, les parcs nationaux de la Comoé et de Taï, ainsi que la réserve naturelle intégrale du Mont Nimba, tous classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, viennent compléter le potentiel d’attraction du pays.

Situé à environ 40 km d’Abidjan, Grand-Bassam est un exemple d’architecture coloniale classique.

Le village s’est d’abord imposé comme le port du pays, ainsi que sa capitale économique et judiciaire à la fin du XIXe siècle, mais la région est aujourd’hui la principale station balnéaire de Côte d’Ivoire.

Sites naturels

Avec une proportion importante de son environnement naturel relativement intact et sous-développé, ainsi qu’un certain nombre de parcs nationaux préexistants, l’écotourisme a été identifié comme l’un des segments à fort potentiel de l’industrie.

«Vous pouvez toujours trouver des centaines de kilomètres de plages non aménagées ou sauvages.

À l’intérieur, c’est en grande partie dans les parcs nationaux du pays que la nature a été protégée des plantations et autres développements humains », a déclaré à OBG Mamadou Bamba, directeur d’Evasion en Côte d’Ivoire, une entreprise qui organise des visites sur mesure pour les particuliers et les petits groupes. .

Côte d’Ivoire : Quelle est l’Importance du Tourisme
Dans le Parc National de la Comoé

Le Parc National de la Comoé, situé dans le nord-est du pays, représente l’une des plus grandes aires protégées d’Afrique de l’Ouest et se caractérise par sa diversité végétale.

S’étendant sur plus d’1m ha, le parc abrite une variété d’animaux tels que:

  • des lions
  • des éléphants
  • des hippopotames
  • et des buffles.

Le Parc National de Taï est l’un des derniers vestiges des forêts tropicales primaires d’Afrique de l’Ouest.

S’étendant sur plus de 330000 ha, il est prisé pour sa riche flore et faune, y compris quelque 1300 espèces végétales et des espèces de mammifères en voie de disparition telles que l’hippopotame pygmée.

Dans le but de promouvoir la durabilité de la zone, les visites du parc sont limitées à 1500 par an.

La réserve naturelle intégrale du mont Nimba, située aux confins de la Guinée, du Libéria et de la Côte d’Ivoire, se compose de forêts denses qui abritent des espèces telles que le crapaud vivipare et les chimpanzés.

Dans le cadre de son initiative de développement du segment, le gouvernement a lancé des projets de partenariat public-privé pour permettre des investissements dans plusieurs parcs, dont:

  • le Parc National du Banco
  • la Réserve Naturelle du Dahliafleur à Abidjan
  • et le Parc National de Taï.

Gougou Kouadio Marcel, président du Réseau ivoirien pour le tourisme et l’agro-tourisme, a déclaré à OBG que le gouvernement recherchait au niveau international des modèles pour développer avec succès le réseau de parcs nationaux du pays.

«J’ai étudié l’exemple du Japon en tant que pays qui a appliqué une véritable expertise dans le développement de ses parcs nationaux. S’il est correctement investi, l’écotourisme peut être à la fois très rentable et durable », a-t-il déclaré.

Agro-tourisme

Côte d’Ivoire : Quelle est l’Importance du Tourisme
Les plantations de cacao en Côte d’Ivoire

Le pays a également un potentiel dans son industrie agro-touristique en développement, où il a cherché à capitaliser sur des produits clés tels que le cacao et le café pour attirer davantage de voyageurs à visiter et à explorer ses plantations.

Avec une production annuelle moyenne de 1,3 million de tonnes, la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao et l’État cherche à développer ce segment de niche depuis la fin du conflit armé. 

L’huile de palme, le caoutchouc et les bananes ont également le potentiel de générer davantage de revenus touristiques et de contribuer au développement socio-économique des communautés locales.

Le segment de l’écotourisme a reçu un coup de pouce dans les relations publiques en mai 2017 lorsque le dernier rhinocéros sauvage du pays a été capturé et transféré dans une réserve de Nz’i River Lodge à Bouaké

La population de rhinocéros du continent a été dévastée par le braconnage, et l’espoir est que le dernier restant de l’espèce dans le pays puisse se reproduire.

Développement de la plage

Avec 520 km de plages de l’Atlantique, dont la plupart restent largement intactes, le pays dispose d’un énorme potentiel pour le tourisme côtier.

En août 2017 à Port Bouet à Gonzagueville, le ministère du Tourisme a lancé le programme Côte d’Ivoire Beach.

Le projet d’aménagement des plages du pays sera réalisé avec l’aide:

  • du ministère de la Sécurité et de l’Intérieur
  • le ministère de l’Hygiène, de l’Environnement et du Développement Durable
  • et le ministère de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique.

Le programme vise à mettre en valeur la valeur touristique des plages du pays et cherchera à sensibiliser la population aux thèmes de leur nettoyage, de leur sécurisation et de leur modernisation.

La phase initiale du projet se déroulera à Port-Bouet, Jacqueville et Grand-Bassam, avant de s’étendre à d’autres villes côtières du pays.

E-Tourisme

Côte d’Ivoire : Quelle est l’Importance du Tourisme

Alors que la couverture Internet à l’échelle nationale reste faible par rapport aux normes internationales, les initiatives du secteur privé et public cherchent à maximiser le potentiel des outils numériques pour améliorer la portée et l’efficacité du tourisme ivoirien.

Si elle s’avérait efficace, la stratégie du gouvernement pour élargir l’accès à Internet- y compris le programme One Citizen, One Computer et son augmentation ciblée de la pénétration d’Internet de 31% en 2015 à 50% en 2020 – pourrait avoir un effet catalytique sur l’industrie du tourisme.

Dans le secteur privé, plus de 50% des hôtels du pays ont désormais une présence en ligne grâce à l’inscription sur la plateforme en ligne Jumia Travel.

Un certain nombre de plateformes gouvernementales font également la promotion du tourisme ivoirien en ligne, notamment Ivoire Voyage Tourism et Travel to Ivory Coast, entre autres.

La croissance du tourisme électronique est soulignée par une croissance substantielle du commerce électronique, un certain nombre de start-ups contribuant à la croissance estimée de ce dernier segment de 55% en 2015 et de 70% en 2016.

Néanmoins, le rapport Jumia Travel note que cela la croissance s’est principalement produite dans les zones urbaines, avec 94% des transactions de commerce électronique effectuées dans les plus grandes villes du pays.

En dehors des zones urbaines, la littératie numérique est faible, un facteur qui exacerbe la nature déjà centralisée de l’industrie du tourisme.

En ce qui concerne les moyens de paiement, les méthodes en ligne n’ont pas encore contesté la prédominance des paiements en personne: 88% des paiements hôteliers en 2016 ont été effectués dans l’hôtel, les paiements en ligne et mobile ne représentant respectivement que 9% et 3%.

Projets phares

En avril 2017, dans le cadre d’une série de réunions organisées par la plateforme entrepreneuriale d’Attijariwafa bank, Africa Development Club, sur les opportunités d’investissement dans le secteur du tourisme, le gouvernement a annoncé neuf projets phares pour stimuler la croissance du tourisme. 

Il s’agit notamment de la construction:

  • d’un développement mixte de loisirs et de tourisme, connu sous le nom d’Aérocité, ou ville aéroportuaire,
  • d’un parc animalier à Jacqueville,
  • de parcs aquatiques à Assinie et Bingerville,
  • de villas d’hôtes dans chaque capitale régionale,
  • et d’une infrastructure de palais et hôtel sur le côte sud-ouest, y compris les développements ultérieurs à Assinie, Grand Lahou, San Pedro, Sassandra et Tabou.

Lors de la réunion, Fofana a souligné l’objectif du gouvernement d’accueillir 5 millions de visiteurs par an jusqu’à 2020.

Notant la variété des paysages, des cultures, des traditions, des artisans du pays et le patrimoine historique de Grand-Bassam, Fofana a souligné le tourisme côtier, l’écotourisme et le tourisme culturel comme les trois segments à développer.

Voyage en avion

La Côte d’Ivoire possède trois aéroports internationaux à Abidjan, Yamoussoukro et Bouaké,

et 14 autres aérodromes, dont les plus importants sont à Daloa, Korhogo, Man, Odienné et San Pedro.

Selon l’État, l’aéroport international Félix Houphouët Boigny d’Abidjan absorbe 90% de l’ensemble du trafic aérien et génère 95% des revenus du secteur aéronautique.

Géré par la société privée Aéria, l’aéroport international d’Abidjan accueille 19 compagnies aériennes, dont:

  • Air Côte d’Ivoire
  • Air France
  • Emirates Airline
  • la Royal Air Maroc du Maroc
  • et Asky Airlines

et dispose de liaisons directes vers 34 destinations à travers le monde.

Le trafic aérien à l’aéroport est en croissance constante depuis 2011, atteignant 1,3 million de visiteurs en 2014 et 1,6 million en 2015.

En avril 2015, l’aéroport d’Abidjan a reçu la certification de la US Transport Security Administration, qui permet à l’aéroport d’établir des liaisons aériennes directes avec les États-Unis. .

«Le seul problème avec l’aéroport d’Abidjan est que les frais de manutention en escale sont extrêmement élevés», a déclaré Gebreselassie à OBG.

«L’année dernière, nous avons effectué une analyse comparative et les coûts opérationnels de l’aéroport sont parmi les plus chers au monde.»

Selon Gebreselassie, les travailleurs étrangers et les Ivoiriens de la classe moyenne en voyage à l’étranger représentent deux des pôles de croissance actuels du transport aérien.

«Parce qu’il y a actuellement beaucoup d’infrastructures et de croissance de l’industrie en Côte d’Ivoire, l’une des plus grandes sources de passagers est le trafic de main-d’œuvre. Nous avons également beaucoup de voyageurs d’affaires dans des endroits comme la Chine, l’Inde, Dubaï et Kuala Lumpur, mais le trafic de main-d’œuvre est probablement le plus important. Ces dernières années, la classe moyenne du pays a également commencé à explorer l’étranger, en particulier vers des destinations telles que le Moyen-Orient, Dubaï, Bangkok et Kuala Lumpur », a-t-il ajouté.

Sur les 85 000 km de routes que compte le pays, 75 500 km sont en terre battue, 6 500 km sont asphaltés et 150 km sont des autoroutes qui desservent à la fois le trafic national et international avec des connexions vers le Ghana, le Libéria, le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Le réseau ferroviaire est long de 1156 km et relie Abidjan à Ouagadougou au Burkina Faso. Les routes de terre sont particulièrement problématiques pour le tourisme dans un pays qui connaît une saison des pluies importante sur une base annuelle.

«La pose de goudron sur les routes ivoiriennes est une exigence minimale si nous voulons avoir une industrie du tourisme plus développée qui profite à l’intérieur du pays à l’avenir», a déclaré Bamba à OBG.

La nécessité de renforcer la réglementation et de créer un secteur plus formalisé présente un autre défi à long terme pour le ministère du Tourisme.

Bien que le secteur évolue rapidement, le manque de professionnalisme reste une caractéristique commune dans de nombreux secteurs de l’industrie, comme le note le rapport Jumia Travel 2017.

«Malheureusement, les pratiques malhonnêtes ne sont pas rares sur le marché du tourisme ivoirien. Par exemple, de nombreux guides touristiques proposeront de guider les touristes vers des endroits de l’intérieur du pays sans y avoir été eux-mêmes. Cela conduit à des expériences loin d’être idéales pour le touriste et reflète mal les praticiens plus honnêtes et professionnels de l’industrie », a déclaré Bamba à OBG. 

Dans l’ensemble, le pays est confronté au défi de moderniser rapidement une multitude d’aspects de son secteur touristique dans un laps de temps relativement court.

La pénurie de moyens de paiement électronique dans les entreprises de tout le pays en est un autre exemple. 

Selon Mamadou Diomandé, président de la Fédération nationale de l’industrie touristique de Côte d’Ivoire, 90% des entreprises touristiques du pays ne sont pas équipées pour effectuer des transactions électroniques.

Diomandé a également déclaré à OBG que de nombreux projets touristiques – en particulier ceux du secteur privé – sont confrontés à des problèmes de financement car les banques considèrent les projets touristiques comme des investissements risqués.

Perspectives

Les chiffres de 2015 à aujourd’hui montrent que le secteur touristique du pays est en train de changer rapidement. Une économie dynamique et une communauté d’affaires en pleine croissance ont favorisé un segment du tourisme d’affaires qui soutient une forte croissance du nombre de visiteurs et des développements hôteliers.

La classe moyenne croissante du pays soutient également une forte croissance du tourisme intérieur et des voyages à l’étranger vers des destinations en Afrique et au-delà.

Alors que l’augmentation du nombre d’hôtels quatre et cinq étoiles contribue à relever les normes dans le segment de l’hôtellerie, des progrès dans le développement du secteur sont massivement réalisés dans la capitale économique du pays, Abidjan.

À cet égard, l’ouverture de l’EHB à Grand-Bassam en février 2017 ajoutera un débouché vital pour le développement des ressources humaines, qui, avec l’arrivée de nouvelles chaînes hôtelières internationales, devrait augmenter progressivement les normes de qualité du secteur dans les à moyen terme.

Dans l’ensemble, le potentiel du pays en tant que destination intégrée de loisirs, d’affaires et d’écotourisme n’a pas encore été pleinement réalisé, les investissements financés par l’État dans les infrastructures routières et nationales du pays devant fournir un retour sur investissement uniquement à moyen et long terme.

Bonus : Avant de planifier vos prochaines vacances, voici les applications d’hôtels dont vous avez besoin



Qu’en pensez vous ?

Vous êtes libre de laisser un commentaire ci-dessous



La Côte d’Ivoire est-elle sûre pour les touristes?

Ne voyagez pas en Côte d’Ivoire en raison du COVID-19 et de la criminalité.  Faites preuve d’une plus grande prudence en raison des troubles civils et du terrorisme. … Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont émis un avis de santé aux voyageurs de niveau 4 pour la Côte d’Ivoire en raison du COVID-19, indiquant un niveau très élevé de COVID-19 dans le pays.

Mais pourquoi devrais-je visiter la Côte d’Ivoire?

Si vous aimez les plages bordées de cocotiers, mouillées par un océan bleu, la Côte d’Ivoire offre de belles plages et de magnifiques baies mêlant plaisir et bain de soleil. Outre ses 550 km de côtes, la Côte d’Ivoire est le seul pays africain à disposer de 300 000 hectares de cours d’eau propices aux sports nautiques.

Quelle langue est parlée en Côte d’Ivoire?

En français.

Quelle est la culture de la Côte d’Ivoire?

Côte d’Ivoire possède un riche patrimoine culturel avec plus de soixante ethnies , les Baoulé, les Bété, les Gouro ou les Dioula peuvent être cités comme exemples d’ ethnies présentes dans le pays. Ils peuvent être divisés en quatre groupes principaux: Akan, Gour, Krou et Mandé.

Joelaindien

Pierre, alias Joelaindien, est ingénieur en aménagement du territoire, diplômé de l'ENS d'Horticulture et d'Aménagement du Paysage. Il est passionné de voyages, des deux côté de la barrière, puisqu'il est à la fois voyageur invétéré et propriétaires de locations saisonnières. Il sera ravi de répondre à vos questions, laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page