Mes meilleurs souvenirs de vacances ! Voyages et photos

Passionné de voyages, de photo, de vidéo et de diaporamas, partagez mes meilleurs souvenirs de vacances, préparez votre voyage et améliorez vos photos !

Limiter le Tourisme : 8 Destinations (et 10 idées pour y parvenir)

Ce sujet devient rapidement un débat brûlant, car de plus en plus de villes et d’endroits parlent de limiter le nombre de touristes qui viennent chaque année.

Alors que certains critiques affirment que le plafonnement du nombre de touristes nuira aux économies locales, d’autres soutiennent que nous détruisons rapidement les environnements naturels et que les villes sont surpeuplées.

La sempiternelle question demeure donc : quel est cet équilibre ?

Pour ces huit lieux et villes, la solution consiste à commencer à plafonner le nombre de touristes.

De l’Australie à l’Espagne, seul l’avenir nous dira si c’est la voie à suivre pour les voyages du futur.

Voici un bref résumé des questions que vous pouvez vous poser, lisez la suite de l’article jusqu’au bout pour avoir tous les détails dont vous avez besoin :


Comment mettre fin au surtourisme ?

  • Restez plus longtemps à votre destination.
  • Séjournez dans un logement central (et évitez Airbnb)
  • Explorez hors des sentiers battus.
  • Soutenez les entreprises locales.
  • Respectez les habitants dans leur vie quotidienne.
  • Respecter l’environnement local.
  • Respecter la culture locale.

Quelles sont les causes du surtourisme ? Selon certains, les causes du surtourisme sont le manque de compréhension des gouvernements quant aux impacts négatifs du tourisme, une mauvaise planification, la croissance des classes moyennes dans le monde et la croissance du marché chinois.


8. Bhoutan, Asie du Sud

Limiter le Tourisme
Le Bhoutan, royaume bouddhiste situé dans l’est de la chaîne de l’Himalaya, est réputé pour ses monastères, ses forteresses (ou dzongs) et ses paysages spectaculaires

Le royaume bouddhiste du Bhoutan s’enorgueillit d’un tourisme de grande valeur et de faible volume et laisse entrer en moyenne 140 000 touristes par an.

Pour visiter ce paysage et cette culture intacts, les visiteurs étrangers doivent obtenir un visa et réserver leurs vacances auprès d’un tour-opérateur bhoutanais agréé.

Le gouvernement royal du Bhoutan fixe chaque mois un prix minimum pour les forfaits journaliers que les visiteurs doivent transférer au Conseil du tourisme du Bhoutan ; normalement, ce prix se situe entre 200 et 250 dollars par jour.

Cela semble cher, mais cet argent couvre :

  • l’hébergement,
  • les repas,
  • les guides
  • et les transports internes.

Une partie de cet argent est également affectée à une redevance qui assure gratuitement l’éducation, les soins de santé et la lutte contre la pauvreté.

Il existe plus de 75 voyagistes agréés dans ce pays et vous pouvez être sûr de vivre une expérience unique en visitant ce paysage impressionnant et en nouant des liens avec ses habitants.

7. La Cité interdite, Pékin

Le Palace Museum, également connu sous le nom de Cité interdite, a annoncé en 2014 son intention de limiter le nombre de visiteurs de ce site incroyable à 80 000 par jour.

La raison de ce plafond touristique est la surpopulation, car ce musée est le plus visité au monde, culminant à plus de 15 millions de personnes en 2014.

Ils font certainement en sorte de faciliter la visite de plus de visiteurs en hiver, en offrant des billets à moitié prix car à l’heure actuelle, ils voient la majorité des visiteurs en été.

De nouveaux sièges, une signalisation bilingue et l’interdiction pour les guides touristiques d’utiliser des microphones amplifiés ont tous été mis en place ces dernières années pour rendre cette expérience encore meilleure pour les touristes.

Les billets seront achetés en ligne, ce qui permettra aux visiteurs de savoir à quelle heure ils pourront accéder à la Cité interdite.

Il convient d’applaudir ce musée pour avoir rapidement trouvé le moyen de réduire le tourisme de la meilleure des manières.

6. Îles Galápagos, Équateur

Limiter le Tourisme
Les îles Galápagos sont un archipel volcanique de l’océan Pacifique

Ces 19 îles, situées à environ 600 miles des côtes de l’Équateur, abritent environ 9 000 espèces, tant sur terre que dans l’eau.

En 2007, les résidents et les touristes ont fait peser un tel fardeau sur les écosystèmes que les Nations unies ont inscrit la destination sur la liste des sites du patrimoine en péril.

Heureusement, ces dernières années, un programme systématique a été mis en place pour réglementer le nombre de touristes qui visitent chaque île quotidiennement.

La réglementation exige que les visiteurs soient accompagnés d’un guide naturaliste qualifié sur chaque île, car les sentiers changent afin d’éviter qu’ils ne soient envahis.

De nouvelles règles sont également entrées en vigueur, qui permettent aux voyageurs de rester au maximum quatre nuits et cinq jours par navire.

Les touristes qui visitent les îles ne sont autorisés à se rendre que sur des sites spécifiques et doivent se conformer aux règles et règlements établis par les parcs nationaux.

5. Machu Picchu, Pérou

Il n’y a pas si longtemps, les visiteurs étaient autorisés à se promener librement sur ce site du 15e siècle, pour explorer les ruines à couper le souffle et les paysages environnants.

De nouvelles réglementations sont actuellement mises en œuvre pour limiter les touristes en raison des efforts de conservation.

L’UNESCO et le Pérou travaillent ensemble pour s’assurer que ce site reste dans son état originel.

La limite quotidienne était autrefois fixée à 2 500 visiteurs, mais elle a récemment dépassé les 1,2 million de visiteurs en 2014.

Les nouvelles réglementations exigeront que les visiteurs engagent un guide officiel pour entrer dans la citadelle inca, suivent l’un des trois itinéraires à travers le complexe et seront confrontés à des limites de temps à des points spécifiques pour garder les foules en mouvement.

Bien que beaucoup craignent que cela décourage les visiteurs de venir ici, il semble peu probable qu’au moins 2 500 ne visitent pas ; le nombre recommandé.

4. Île Lord Howe, Australie

Cette île de sept miles carrés est située à 370 miles de l’Australie continentale et offre une flore, une faune et une vie marine rares.

Les eaux cristallines environnantes abritent plus de 400 espèces de poissons et 90 espèces de coraux.

Il s’agit également de l’un des endroits les plus propres de la planète, 75 % de la végétation originale de l’île n’ayant pas été perturbée.

Seuls 350 résidents vivent sur cette île et seuls 400 touristes sont autorisés à la visiter à tout moment.

L’île est axée sur les loisirs de plein air, alors prévoyez de faire de la plongée libre, de la randonnée, du kayak et de l’observation d’oiseaux si vous avez la chance de la visiter.

L’hébergement est limité, il n’y a pas de pubs ou de bars et il n’y a pas de restaurants officiels.

Mais si vous cherchez à vous éloigner de tout et à faire l’expérience d’une île authentique, grouillante de vie sauvage, c’est l’endroit qu’il vous faut.

Trouvez ici : Top 10 Destinations Où Partir Pour un Premier Voyage Seul (guide solo)

3. Antarctica

Limiter le Tourisme
L’Antarctique, parfois appelé « le Continent Austral » ou « le Continent Blanc », est le continent le plus méridional de la Terre

Cette île de sept miles carrés est située à 370 miles de l’Australie continentale et offre une flore, une faune et une vie marine rares.

Les eaux cristallines environnantes abritent plus de 400 espèces de poissons et 90 espèces de coraux.

Il s’agit également de l’un des endroits les plus propres de la planète, 75 % de la végétation originale de l’île n’ayant pas été perturbée.

Seuls 350 résidents vivent sur cette île et seuls 400 touristes sont autorisés à la visiter à tout moment.

L’île est axée sur les loisirs de plein air, alors prévoyez de faire de la plongée libre, de la randonnée, du kayak et de l’observation d’oiseaux si vous avez la chance de la visiter.

L’hébergement est limité, il n’y a pas de pubs ou de bars et il n’y a pas de restaurants officiels.

Mais si vous cherchez à vous éloigner de tout et à faire l’expérience d’une île authentique, grouillante de vie sauvage, c’est l’endroit qu’il vous faut.

2. Les Seychelles, Afrique

Oui, c’est là que le Prince William et Kate ont passé leur lune de miel et ces dernières années, ces îles ont connu une croissance énorme des touristes, atteignant plus de six fois le nombre de résidents.

Tout récemment, en 2015, le ministre du tourisme et de la culture des Seychelles a déclaré au monde entier qu’ils prévoyaient un plafonnement des visiteurs annuels.

Une interdiction a déjà été mise en place sur la construction de grands développements hôteliers et maintenant les petites propriétés gérées localement sont les seules à recevoir la permission de commencer leurs opérations.

On peut s’attendre à ce que le nombre de visiteurs soit plafonné d’ici l’année prochaine, car ce groupe d’îles est déterminé à prendre plus au sérieux la question du voyage durable.

Bien que le tourisme soit la principale activité des Seychelles, celles-ci sont déterminées à ne pas dévaloriser ces îles magnifiques.

1. Barcelone

Limiter le Tourisme
Barcelone est la deuxième ville d’Espagne au regard de la population

Barcelone est la dernière ville à envisager de limiter le nombre de touristes.

Le nouveau maire est déterminé à plafonner le nombre de touristes d’ici la fin 2015.

Estimant que la ville devient incontrôlable et envahie par les touristes, dont le nombre a doublé au cours des 13 dernières années, il semble qu’il n’y ait pas d’autre solution que de limiter le nombre de touristes.

Tout visiteur qui s’est rendu ici ces dernières années a certainement remarqué les foules de personnes sur son chemin lorsqu’il tente de se frayer un chemin dans la ville.

La ville est également devenue une sorte de terrain d’atterrissage pour les jeunes routards qui n’ont pas toujours les meilleures intentions.

Outre l’introduction d’un plafond sur le nombre de visiteurs, le nouveau maire veut également geler pendant six mois les nouveaux développements hôteliers et les appartements de location touristique.

Barcelone veut évaluer la situation du tourisme et comprendre quelles sont les zones qui peuvent supporter un développement supplémentaire et augmenter leur nombre de visiteurs, et quelles sont les zones qui sont déjà envahies.

Solutions au surtourisme : Comment éviter de contribuer lors de votre prochain voyage

Existe-t-il des solutions au surtourisme ?

Il y a seulement une ou deux décennies, nous ne voyions pas encore les effets du surtourisme.

À l’époque, lorsque des amis ou des membres de la famille voyageaient à l’étranger, c’était un événement majeur.

On les voyait débarquer dans le hall des départs de l’aéroport, avec des accolades et peut-être même des larmes.

Ils partaient pour leur voyage et revenaient quelques semaines plus tard avec des tas de cadeaux, de photos et d’histoires de ce qu’ils considéraient comme le voyage de leur vie.

Aujourd’hui, les voyages ne sont plus considérés comme un luxe occasionnel.

En fait, ces dernières années, la combinaison de voyages plus abordables et de l’augmentation de la classe moyenne en Asie a fait que plus de gens que jamais voyagent.

Malheureusement, cette augmentation a des conséquences désastreuses sur certaines populations locales.

Si vous n’avez pas voyagé il y a 8 ou 10 ans, vous n’avez peut-être même pas conscience des différences que ces augmentations ont entraînées pour le tourisme.

Solutions aux problèmes du tourisme

Personne n’aime les touristes ennuyeux. Alors comment éviter d’en être un sans contribuer aux problèmes du tourisme ? Il y a d’abord quelques éléments clés à prendre en compte concernant votre style de voyage.

Certains points sont peut-être évidents, mais d’autres ne vous viennent probablement pas à l’esprit !

Si vous recherchez l’expérience de voyage “authentique” dont les gens semblent parler de nos jours, contrairement à la croyance populaire, vous ne l’obtiendrez pas en restant dans un Airbnb et en regardant Netflix tout en grignotant des snacks à votre destination.

Vous l’obtiendrez en étant un touriste plus attentif et responsable.

Un touriste invisible.

Découvrons mes 10 solutions contre le surtourisme et comment vous pouvez continuer à voyager tout en aidant à combattre le surtourisme :

1. Restez plus longtemps à votre destination

Limiter le Tourisme
La majorité des voyageurs ne semblent consacrer qu’un jour ou deux à la visite d’une ville

Cela signifie que la surpopulation est trop facile, les touristes se précipitant d’un endroit à l’autre parce que leur temps est très limité.

Voyager de cette manière peut avoir un impact écrasant sur la qualité de vie des locaux et des autres touristes.

Si vous restez plus longtemps à votre destination, vous n’avez plus besoin de tout faire en un court laps de temps.

Vous pouvez visiter les attractions touristiques les plus populaires pendant les périodes moins chargées, et même visiter certains musées ou galeries le soir, lorsque les excursionnistes et les grands groupes de touristes sont partis depuis longtemps.

Vous pourrez ainsi profiter d’une expérience plus agréable sans avoir à subir le poids de la foule et à vous faire donner des coups de coude à tout bout de champ !

2. Séjourner dans un logement central (et éviter Airbnb)

Tirez le meilleur parti de votre temps de voyage en séjournant dans un hôtel, une auberge ou un B&B traditionnel situé dans le centre.

Vous pourrez ainsi éviter de prendre le train et le bus pour vous rendre chaque jour au centre-ville de votre destination.

Cela vous fait gagner beaucoup de temps ainsi que des frais de transport.

L’avantage supplémentaire pour les habitants est que vous n’occuperez pas une place de transport précieuse qu’un banlieusard pourrait utiliser aux heures de pointe.

En vous promenant jusqu’à votre logement, vous pourrez également voir la ville sous un angle différent pendant la nuit et profiter des endroits que les touristes d’un jour ne voient pas ! Je pense que c’est l’une des solutions sous-estimées du surtourisme.

En séjournant dans un hôtel, une auberge ou un B&B traditionnel réputé et situé au centre de la ville, vous évitez de contribuer aux problèmes qui touchent les habitants d’Airbnb et d’autres logements similaires dans le monde.

Contrairement à Airbnb, qui n’est pas réglementé, ces hébergements traditionnels se trouvent toujours dans des zones réservées aux touristes, ce qui minimise les perturbations pour les habitants.

Ils se trouvent dans des zones où l’on s’attend à un trafic piétonnier important et sont généralement situés à l’écart des zones résidentielles.

Les Airbnbs dans les centres-villes privent les résidents de logements à long terme et ne se trouvent parfois pas dans des zones réservées aux touristes.

Les touristes bruyants qui vont et viennent à toute heure dans un quartier calme peuvent nuire à la qualité de vie des habitants.

Les habitants essaient de dormir car ils ont du travail le lendemain et n’apprécieront pas les pitreries des touristes à 4 heures du matin !

Personne n’aime être tenu éveillé par le vacarme extérieur.

Ces alternatives éthiques d’Airbnb vous aideront à trouver des séjours hébergés dans votre prochaine destination et d’autres options qui garantissent que vous ne prendrez pas par inadvertance le logement à long terme des résidents locaux

3. Explorer hors des sentiers battus

Il y a tellement plus dans une destination que ce qui se limite aux photos que vous voyez sur les médias sociaux.

Le simple fait de se promener dans quelques rues à l’écart des quartiers populaires vous permettra de découvrir des trésors uniques, comme ces joyaux cachés à Kyoto !

Nous devons essayer de réduire l’impact de nos lourdes empreintes touristiques sur les communautés locales en faisant ce que nous pouvons pour diluer les foules dans les zones les plus visitées.

Non seulement cela contribuera à minimiser les impacts négatifs du surtourisme, mais cela vous permettra également de mieux apprécier et comprendre votre destination au-delà des points chauds.

Vous pouvez également contribuer à développer de nouvelles activités dans les villes voisines moins populaires et moins visitées de votre destination principale.

Si vous prévoyez de visiter un endroit très fréquenté, recherchez des alternatives proches que vous pouvez ajouter à votre voyage pour enrichir votre expérience.

Les vendeurs locaux, les restaurateurs et autres personnes de ces régions moins visitées vous en remercieront !

4. Soutenir les entreprises locales

Limiter le Tourisme
Voyager de manière indépendante, dans la mesure du possible

Soutenez les petites entreprises !

Permettez-vous de voyager de manière indépendante, dans la mesure du possible, en évitant les grandes agences de voyage dont l’argent ne profite pas aux communautés locales.

Selon Skift, les croisières européennes ont considérablement augmenté leur fréquence ces dernières années, ce qui a été l’une des causes du surtourisme dans des villes côtières comme Barcelone et Venise (voir plus loin).

Même si les touristes visitent une ville lors d’une grande croisière, cela signifie qu’ils ne séjournent pas dans un logement local, ne mangent pas de nourriture locale la plupart du temps et ne dépensent pas beaucoup d’argent dans la communauté locale.

La majorité de leurs dépenses reviennent aux grands opérateurs de croisière et les locaux supportent le poids des aspects négatifs du tourisme sans même en voir les bénéfices financiers.

Une façon de visiter une ville tout en contribuant à la communauté locale est d’engager un guide local privé qui vous fera visiter les lieux, partagera ses connaissances avec vous et participera aux expériences culturelles locales.

5. Respectez les habitants qui vaquent à leurs occupations quotidiennes

Même si ce sont vos vacances, il est important de ne pas oublier de respecter les habitants qui vivent et travaillent sur votre lieu de destination grâce à cette solution contre le surtourisme.

Voici comment :

Respectez la propriété privée

Même si c’est parfois difficile à imaginer, essayez de vous mettre à la place d’un habitant.

Vous n’aimeriez pas que des gens s’introduisent dans votre jolie véranda au nom de la “bonne humeur”, n’est-ce pas ?

Les habitants mécontents devaient en avoir assez que les gens s’entassent dans leur escalier et les gênent (à juste titre).

Ils avaient enchaîné l’entrée et laissé une note pour rappeler aux touristes que c’était leur maison, qu’ils devaient prendre une photo rapide et repartir.

Respectueusement, c’est ce qu’on fait (en rognant la chaîne).

N’abusez pas des transports publics
Limiter le Tourisme
Transport public

Le tramway n° 28 de Lisbonne est un tramway de banlieue ordinaire.

On ne le croirait pas, car il a été complètement inondé par les touristes qui veulent se déplacer dans la ville pour pas cher.

La file de touristes est si longue que les habitants ne peuvent plus utiliser ce mode de transport public pour se rendre au travail, car il n’est pas rare de voir des files d’attente d’une heure ou plus.

Cette situation est vraiment pénible pour les habitants qui tentent de vaquer à leurs occupations quotidiennes.

Vous êtes en vacances et vous devriez avoir tout le temps du monde, non ?

C’est à vous de faire un effort conscient pour explorer par un autre moyen si vous ne voulez pas rendre la vie difficile aux habitants, et à vous-même.

Vous en verrez certainement plus en vous promenant tranquillement à pied (et pendant le temps que vous passeriez à faire la queue, sans doute).

Restez plus longtemps, prenez votre temps et profitez-en !

Respectez le code de la route local et les règles de stationnement

Si vous conduisez dans un nouveau pays, assurez-vous de connaître le code de la route local et les règles de stationnement.

Il n’est jamais bon de se garer illégalement, car cela peut entraîner de lourdes amendes ou le remorquage de votre voiture de location.

Quel désagrément en vacances !

Dans le petit village de Shirakawa-go, dans les Alpes japonaises, les touristes sont de plus en plus nombreux à se garer illégalement, ce qui complique la vie des habitants.

Pour une si petite ville, elle dispose de zones de stationnement désignées et ne peut tout simplement pas supporter le nombre de voitures garées illégalement.

N’oubliez pas non plus que dans certains pays, la circulation se fait à gauche, ce qui peut être difficile à accepter au début

6. Respecter l’environnement local

De manière isolée, il peut sembler qu’une action sournoise de désobéissance aux règles pour obtenir une photo pour Instagram ne va pas faire une grande différence.

C’est peut-être vrai, mais en combinant les actions “isolées” de chacun, cela devient très peu durable pour l’environnement.

Nous devons penser au-delà de nous-mêmes et avoir une vue d’ensemble.

Il existe quelques moyens de respecter l’environnement en voyage pour éviter de contribuer aux problèmes de surtourisme :

Pour les générations futures et les autres touristes

Tout d’abord, respecter l’environnement peut signifier trouver une alternative moins visitée à une attraction populaire.

L’afflux massif de visiteurs en Islande ces dernières années a entraîné la fermeture aux touristes de nombreux sites photographiques populaires, comme Reykjadalur, pendant des mois.

Les écosystèmes délicats ont été mis à rude épreuve par trop d’amour touristique (et le non-respect de la signalisation), et la nature a besoin de temps pour se rétablir avant que les dommages ne deviennent irréversibles.

En outre, Maya Bay, en Thaïlande (plus connue sous le nom d’île James Bond), a récemment été fermée pour laisser le temps de guérir et de se remettre du nombre insoutenable de visiteurs.

Bien que cela puisse sembler un inconvénient si vous aviez l’intention de vous y rendre, il est important de se rappeler que cette action contribuera à sauver ces environnements et à leur permettre d’exister pour les générations futures.

Bien que cette mesure puisse être gênante pour vos projets de voyage, c’est vraiment l’une des solutions au surtourisme dont nous voyons les avantages immédiats une fois qu’elle est appliquée.

Pour votre propre sécurité

Parfois, les signaux d’avertissement sont là pour vous sauver la vie – avez-vous vu le bord de la falaise friable sur lequel vous vous apprêtiez à prendre un selfie ?

Ou l’avis d’alerte concernant les déchirures qui se produisent sur la plage locale ?

Avec l’augmentation du nombre de touristes dans le monde, il y a également une corrélation avec les blessures et les décès liés au tourisme.

En 2011, seuls trois décès liés aux selfies ont été enregistrés. Saviez-vous que ce nombre a fortement augmenté chaque année pour atteindre 93 en 2017 ?

En combinant tous les enregistrements de 2011 à 2017, on arrive à un chiffre stupéfiant de 259 décès liés aux selfies.

Même si cela ressemble à un cliché, veuillez respecter l’environnement et tous les signes d’avertissement pour votre propre sécurité – personne ne veut devenir une statistique.

Pour les merveilles naturelles et les sites du patrimoine mondial de l’UNESCO
Limiter le Tourisme
Si vous faites de la randonnée ou du camping dans la nature, suivez le principe “ne laissez aucune trace

Résistez à l’envie inhabituelle de graver votre nom sur des arbres ou des pierres, car cela cause des dommages irréversibles à des attractions importantes.

À Kyoto, au Japon, des touristes ont vandalisé les bambous en gravant leur nom dans la forêt de bambous d’Arashiyama, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, causant ainsi d’importants dégâts.

Si tout le monde faisait cela, il n’y aurait bientôt plus de bambouseraies pour le plaisir de tous.

Ce serait une honte absolue !

Rapportez tout ce que vous avez apporté avec vous et rien de ce que vous n’avez pas apporté.

Pour le bien-être des animaux

Si les drones ne sont pas autorisés là où vous vous trouvez, ne soyez pas le bouton qui ne respecte pas les règles.

Dans certaines destinations comme l’Australie, les drones sont considérés comme des aéronefs, il est donc nécessaire de se renseigner au préalable sur la réglementation.

Il existe également des restrictions pour faire voler votre drone au-dessus des eaux où se trouvent des baleines, car les drones sont également connus pour perturber la faune et les oiseaux.

À moins que vous ne travailliez pour National Geographic, avez-vous vraiment besoin de le faire ?

En outre, veuillez tenir compte de l’éthique liée aux animaux utilisés dans le tourisme.

Certains animaux sont exploités afin d’attirer l’argent des touristes, comme le fait de monter à dos d’éléphant ou de caresser des tigres enchaînés en Thaïlande.

Une alternative est de visiter un sanctuaire d’éléphants où les animaux sont sauvés de conditions cruelles et soignés pour retrouver la santé.

À Santorin, en Grèce, il a été révélé que des ânes ont été blessés à la colonne vertébrale en transportant des touristes sur les 600 marches du port jusqu’à la ville principale, et qu’ils ont été déshydratés par la chaleur extrême.

Pour le bien-être de l’âne, le téléphérique est un moyen beaucoup plus efficace de monter la falaise depuis le port.

Vous vous sentirez également mieux en le faisant et les ânes vous en remercieront !

7. Respecter la culture locale

Chaque culture est unique et a sa propre signification dans le monde.

Ce sont leurs différences qui les rendent si spéciales.

Mais que se passe-t-il lorsque nous finissons par transformer tous les endroits en une même mono-culture ordinaire ?

Lorsque l’étiquette, la langue et la cuisine locales sont lentement érodées par le surtourisme et remplacées par un barrage de choses identiques que vous voyez partout ailleurs ?

Et si les différences culturelles uniques qui nous attiraient vers une destination finissaient par disparaître ?

Certains touristes peuvent être assez exigeants et s’attendent à ce que tout soit comme à la maison lorsqu’ils voyagent.

Au contraire, nous devrions faire ce que nous pouvons pour aider à préserver ce qui rend chaque destination exceptionnelle, et cela commence par le respect de la culture locale.

8. Voyagez pendant les périodes creuses

Limiter le Tourisme
Voyager pendant les periodes moyens de touristes

C’est l’une des solutions au surtourisme.

Voyager pendant la basse saison ou la saison intermédiaire n’est pas seulement un excellent moyen d’économiser un peu d’argent pour vous-même, mais aussi de faire profiter les locaux des dollars du tourisme (ou d’une autre devise) à des moments où ils en ont vraiment besoin.

Visiter Paris en mars en est le parfait exemple.

Les hôtels et les vols coûtent moins cher et les foules sont également beaucoup moins nombreuses à cette période.

Tout le monde y gagne et c’est l’une des principales solutions au surtourisme !

Si vous avez des valises, essayez d’éviter de prendre les transports en commun aux heures de pointe où les navetteurs se battent déjà pour aller et revenir du travail.

Si possible, vous pouvez également éviter de voyager pendant les grands jours fériés où l’on s’attend déjà à ce que la foule soit énorme, comme si vous prévoyez un voyage au Japon pendant la Golden Week, par exemple.

Ces dernières années, des villes comme

  • Barcelone,
  • Lisbonne,
  • Venise
  • et Santorin

Ont été bombardées de bateaux de croisière et d’excursionnistes tout au long de l’été, ce qui a provoqué des foules considérables et des problèmes majeurs de surtourisme.

La vie des habitants est affectée de manière négative et le rythme auquel cela se produit n’est pas viable.

Bien sûr, le temps n’est peut-être pas aussi agréable pour voyager hors saison, et vous devrez peut-être faire face à un temps maussade, à des vêtements supplémentaires et à la neige dans certains endroits (mais le temps peut aussi vous surprendre, comme ce fut le cas pendant ma semaine en Suisse en hiver !)

Mais cela vaut bien mieux que de devoir se frayer un chemin dans des zones surpeuplées et des rues pavées étroites comme une pastèque dans un rouleau de papier toilette, non ?

9. Soyez préparé et faites des recherches sur votre destination avant de vous y rendre

Sachez quelles sont les attractions et les choses à faire à votre destination pour éviter de perdre du temps à les découvrir sur place une fois arrivé.

En planifiant de cette manière, vous saurez également combien de temps vous devez rester dans une destination afin d’avoir suffisamment de temps pour voir tout ce que vous voulez.

En vous renseignant à l’avance sur la signification des attractions, vous rendrez votre visite plus significative.

Il ne sert à rien de prendre une photo d’un temple ou d’un monument si vous ne savez pas grand-chose de son histoire ou de la raison pour laquelle il constitue un élément important de la culture locale.

C’est pourquoi il est utile de se renseigner sur les sites de l’UNESCO.

Les voyages ne se limitent pas aux likes sur les médias sociaux pour avoir pris la même photo que tout le monde.

Il est également très utile de rechercher à l’avance comment vous vous déplacerez à votre destination.

Prendrez-vous

  • le métro,
  • le bus,
  • le taxi ou explorerez-vous à pied ?

Gardez à l’esprit que l’option la moins chère n’est pas forcément la plus durable.

Si les gens passaient autant de temps à faire des recherches sur leurs voyages qu’à poster sans fin sur les médias sociaux ce qu’ils ont mangé au déjeuner ou sans vraiment savoir ce qu’ils partagent, la pollution touristique serait en passe d’appartenir au passé

10. Voyagez pour VOUS, et non pour obtenir la validation des autres

Limiter le Tourisme
De nos jours, il est si facile d’être influencé par les grands moments des médias sociaux

Bien sûr, les médias sociaux peuvent inspirer les voyages, mais ils ne doivent être utilisés que comme point de départ pour approfondir les recherches sur la destination, et non comme le seul objectif du voyage.

Assurez-vous de vous rendre dans un endroit parce qu’il vous intéresse, qu’il résonne en vous, que son histoire et sa culture vous intriguent.

Pas seulement parce que des personnes que vous connaissez y sont allées ou que vous voulez présenter sur votre Instagram les mêmes clichés que tout le monde pour sauver les apparences.

Si vous voyagez quelque part pour simplement le rayer de votre liste et dire que vous y êtes allé pour impressionner les autres, est-ce que cela va vraiment être valable, agréable ou mémorable si vous n’avez pas d’appréciation pour ce qui s’y trouve ? Je vous mets au défi d’essayer d’être dans le moment présent lors de votre prochain voyage

Découvrez dans cet article: Top 50 des Astuces Pour Voyager à Paris Pas Cher (cette année)



Qu’en pensez vous ?

Vous êtes libre de laisser un commentaire ci-dessous

Comment mettre fin au surtourisme ?

Restez plus longtemps à votre destination.
Séjournez dans un logement central (et évitez Airbnb)
Explorez hors des sentiers battus.
Soutenez les entreprises locales.
Respectez les habitants dans leur vie quotidienne.
Respecter l’environnement local.
Respecter la culture locale.

Quelles sont les causes du surtourisme ?

Selon certains, les causes du surtourisme sont le manque de compréhension des gouvernements quant aux impacts négatifs du tourisme, une mauvaise planification, la croissance des classes moyennes dans le monde et la croissance du marché chinois.

Joelaindien

Pierre, alias Joelaindien, est ingénieur en aménagement du territoire, diplômé de l'ENS d'Horticulture et d'Aménagement du Paysage. Il est passionné de voyages, des deux côté de la barrière, puisqu'il est à la fois voyageur invétéré et propriétaires de locations saisonnières. Il sera ravi de répondre à vos questions, laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page