Mes meilleurs souvenirs de vacances ! Voyages et photos

Passionné de voyages, de photo, de vidéo et de diaporamas, partagez mes meilleurs souvenirs de vacances, préparez votre voyage et améliorez vos photos !

Qu’est-ce que le Surtourisme ? (expliqué simplement)

Depuis ses débuts, le tourisme a été considéré comme une activité bénigne.

Cela n’a rien d’étonnant : l’industrie des vacances est synonyme :

  • de loisirs,
  • de plaisir
  • et de repos.

Il a apporté la richesse à des communautés rurales oubliées.

Les avantages potentiels du tourisme sont clairs.

Toutefois, l’erreur consiste à penser qu’il ne peut apporter que du bien.

Beaucoup d’entre nous ne croient pas à ce mythe, et le dénoncent depuis des décennies.

Nos préoccupations ont été écartées, jusqu’à très récemment.

À l’été 2017, les médias et l’industrie du voyage ont enfin commencé à tourner leur regard vers les impacts négatifs de l’industrie des vacances, et le terme « surtourisme » a été inventé.

Qu’est-ce que le surtourisme ?

Qu'est-ce que le Surtourisme
Le surtourisme est défini notamment par cette croissance excessive du nombre de visiteurs qui conduit à une saturation de certains espaces

En bref, on parle de surtourisme lorsqu’il y a trop de visiteurs dans une destination donnée

« Trop » est un terme subjectif, bien sûr, mais il est défini dans chaque destination par les résidents :

  • locaux,
  • les hôtes,
  • les propriétaires d’entreprises
  • et les touristes.

Lorsque le prix des loyers chasse les locataires locaux pour faire place à des locations de vacances, il s’agit de surtourisme.

Lorsque les routes étroites sont encombrées de véhicules touristiques, c’est du surtourisme.

Lorsque la faune sauvage est effrayée, lorsque les touristes ne peuvent pas voir les sites touristiques à cause de la foule, lorsque des environnements fragiles se dégradent, ce sont tous des signes de surtourisme.

Pourquoi cela se produit-il ?

L’industrie du voyage, comme beaucoup d’autres, se concentre presque exclusivement sur la croissance, sans se soucier ou presque des impacts.

Après des décennies de croissance pratiquement incontrôlée, elle a franchi un seuil : dans de nombreuses destinations, le tourisme crée désormais manifestement plus de problèmes que de bénéfices.

Cela peut prendre de nombreuses formes : un million de touristes supplémentaires arrivent dans une capitale, ou 20 touristes supplémentaires dans une petite communauté rurale.

Le surtourisme n’est pas seulement un problème de grande ville ; il a été documenté dans des zones de nature sauvage et des parcs nationaux, ainsi que dans des endroits tels que l’île de Skye.

Pourquoi est-ce que c’est dans les nouvelles maintenant ?

Le nombre de visiteurs ne cesse d’augmenter depuis des décennies, comme en témoignent tous ceux qui vivent dans une ville touristique populaire ou qui ont visité certaines plages ou certains sites.

Actuellement, on compte environ deux milliards d’arrivées de touristes par an, un chiffre qui augmente régulièrement de 6 %

Le surtourisme n’est donc pas un problème nouveau.

Cependant, si le terme lui-même a été inventé en 2012, il n’a pas fait la une des journaux avant l’été 2017.

Cela n’était pas dû à l’augmentation du nombre de touristes, qui n’avait pas été particulièrement spectaculaire.

Ce qui a fait l’actualité en 2017, c’est la réaction soudaine des résidents locaux, ce qui ne s’était jamais produit auparavant à grande échelle.

Le tourisme s’était développé lentement, au goutte-à-goutte, dans des villes comme

  • Barcelone,
  • Venise
  • et Dubrovnik,

Dans des endroits que l’on considérait comme reculés comme l’Islande et Skye, et finalement, lorsque la balance a basculé et que ce nouveau concept a reçu un nom, les protestations se sont étendues.

Qu'est-ce que le Surtourisme

Il y a eu des marches dans les rues, des graffitis disant « Touristes, rentrez chez vous » et, dans certains cas, les autorités locales ont réagi en augmentant les taxes, en refusant de délivrer des permis pour les entreprises plus axées sur le tourisme dans les centres-villes et même en fermant des îles entières aux visiteurs.

Ce sont ces réactions qui ont fait la une des journaux.

Quelles sont les principales causes du surtourisme ?

Il existe de nombreux facteurs contribuant au surtourisme, qui varient bien sûr d’un endroit à l’autre.

Airbnb a été utilisé comme une sorte de bouc émissaire dans la mesure où des milliers de lits ont soudainement été mis à disposition dans des villes du monde entier, sans être soumis à aucune forme de planification, de permis ou – dans de nombreux cas – de taxes.

Les hôtes peuvent vendre moins cher que les hôtels et auberges voisins, des chambres s’ouvrent dans des quartiers déjà saturés et, à mesure que le concept de « partage de la maison » se commercialise, la demande d’appartements entraîne une hausse des loyers et l’expulsion des habitants.

Mais si Airbnb joue un rôle de soutien, il est loin d’être le principal acteur

Il s’agit plutôt d’un symptôme du surtourisme que de l’une de ses causes principales.

Les gouvernements locaux et nationaux et les offices du tourisme ont longtemps cru que plus, c’était mieux.

Une année « réussie » dans le domaine du tourisme est généralement considérée comme une année au cours de laquelle les chiffres ont considérablement augmenté.

Peu importe qu’il s’agisse de passagers de navires de croisière, d’acheteurs en duty free, de clients de stations balnéaires, de routards ou de visiteurs haut de gamme ; seul le nombre compte.

Il en résulte une réticence – ou souvent un refus catégorique – de plafonner les chiffres, d’augmenter (ou d’introduire) les taxes journalières sur les touristes, de faire payer les compagnies de croisière pour l’accostage, ou d’essayer de garantir que le comportement des touristes soit bénéfique – ou au moins non préjudiciable – aux modes de vie et aux paysages locaux.

Un autre problème est la disponibilité de vols bon marché, qui ont saturé l’Europe en particulier ces dernières années.

Lorsqu’il est moins cher de prendre l’avion de Londres au Maroc que de prendre le train de Londres à Manchester, alors nous avons un problème.

Ces tarifs artificiellement bas ne sont possibles que grâce à la non-imposition de la taxe et de la TVA sur le carburant d’aviation, une « subvention » qui fait économiser à l’industrie des milliards de livres par an rien qu’au Royaume-Uni.

Les navires de croisière sont eux aussi autorisés à brûler un type de carburant particulièrement bon marché et polluant, ce qui leur permet également de maintenir des coûts bas.

Les navires de croisière géants sont un autre facteur contribuant au surtourisme.

Des milliers de passagers se déversent chaque jour dans les villes portuaires et regagnent le navire à temps pour le dîner.

Les passagers dépensent souvent très peu dans les destinations, mais veillent à ce que

  • les rues historiques,
  • les monuments,
  • les cafés
  • et les magasins

Soient bondés de monde, ce qui crée une expérience désagréable pour les résidents ainsi que pour les visiteurs qui peuvent rester à terre et dépenser de l’argent localement.

Que peuvent faire les touristes pour éviter le surtourisme ?

Qu'est-ce que le Surtourisme
Le sur-tourisme est un terme général, utilisé pour décrire une situation où tant de voyageurs affluent vers une destination

Le tourisme responsable fait référence au tourisme qui crée des endroits où il fait bon vivre et visiter – en mettant l’accent sur « vivre ».

Par définition, il est donc à l’opposé du surtourisme, qui diminue la qualité de vie des résidents locaux et crée une expérience négative pour les visiteurs.

Le surtourisme est parfois simplement une question de nombre : il y a trop de gens dans un endroit donné à un moment donné.

Mais dans certains cas, l’adoption d’une approche plus responsable du tourisme peut atténuer les effets négatifs.

Dans ces cas-là, la solution peut consister à voyager en tant que touriste responsable, c’est-à-dire de manière à maximiser les effets positifs et à minimiser les effets négatifs.

Deux choses auxquelles il faut penser : le lieu et le moment.

  • L’Espagne,
  • l’Italie,
  • l’Islande
  • et la Croatie

Ont toutes fait la une des journaux en tant que victimes du surtourisme, mais dans chaque cas, le problème est extrêmement localisé.

Barcelone est surpeuplée et nombre de ses habitants en ont assez, ce qui est compréhensible, mais l’Espagne est un pays étonnamment vaste et nombre de ses villes ne sont pas du tout bondées de touristes.

Mieux encore, partez dans les villages et les montagnes pour avoir un véritable aperçu du pays, loin des hordes de touristes.

Non seulement vous aurez un aperçu beaucoup plus réaliste de la vie quotidienne en Espagne, mais dans de nombreux petits pueblos, vous serez accueilli avec enthousiasme comme l’un des rares touristes à arriver.

Il y a de nombreux endroits dans le monde qui ont besoin, et qui veulent, plus de touristes.

Bien sûr, si vous voulez vraiment vous promener dans les allées de La Boqueria, vous n’avez pas d’autre choix que de visiter la capitale catalane.

Mais ce que vous pouvez faire, c’est la visiter en dehors de la haute saison.

C’est plus agréable pour vous, moins stressant pour les résidents, moins de pression sur les transports publics, et cela peut même vous permettre d’économiser un peu d’argent.

Et chaque fois que vous voyagez, essayez de faire en sorte que la plus grande partie de votre argent reste au niveau local.

Payez les droits d’entrée dans les parcs nationaux pour vous assurer que votre visite contribue à la protection de l’environnement, séjournez dans des pensions de famille locales, mangez dans des restaurants locaux et faites des excursions avec des guides locaux.

Le tourisme peut encore être une force du bien, et veiller à ce que les résidents, les habitats et la faune locale bénéficient de votre présence en est un élément important.

Voyager de manière responsable, en petit nombre, permet non seulement d’éviter le surtourisme.

Cela vous permettra d’établir un lien plus étroit avec les populations locales et leurs modes de vie : une expérience de vacances bien plus authentique.

Que peut-on faire d’autre ?

En tant que touristes, nous pouvons veiller à ce que notre propre comportement soit aussi bénéfique que possible, mais pour que le changement s’opère réellement dans l’ensemble du secteur, et dans le monde entier, les choses doivent se faire à un niveau beaucoup plus élevé.

Les gouvernements et les autorités locales doivent chercher des moyens de contrôler le nombre de touristes, que ce soit en augmentant les prix, en délivrant des permis pour certaines attractions, en interdisant les navires de croisière dépassant une certaine taille ou en exerçant un contrôle plus strict sur les entreprises qui ouvrent et où elles ouvrent.

Tant que l’augmentation du nombre de touristes restera l’objectif des offices du tourisme et d’autres organismes touristiques tels que l’OMT, cela ne se produira pas

Mais dès que l’attention se détournera de cet objectif, nous pourrons réellement commencer à nous attaquer à certains des plus grands défis du secteur.

Le surtourisme peut sembler être un concept nouveau, mais il existe de nombreux exemples dans le monde entier de la façon dont il a été évité avec succès, depuis des années.

Le pistage des gorilles en Afrique de l’Est en est un exemple ; seuls huit permis par jour sont délivrés pour suivre chaque famille de gorilles, et le prix des permis varie entre 400 et 650 euros.

Loin de provoquer un tollé, les touristes considèrent ces quelques permis onéreux comme une expérience exclusive, unique dans leur vie.

L’expérience n’a pas été boycottée ; les permis se vendent régulièrement.

Mieux encore, les forêts restent intactes et le nombre de gorilles, autrefois menacés, a considérablement augmenté depuis l’introduction du tourisme.



Qu’en pensez vous ?

Vous êtes libre de laisser un commentaire ci-dessous

Le surtourisme est-il un problème ?

Le surtourisme est un gros problème car il engendre des impacts environnementaux et sociaux négatifs. En termes d’impacts environnementaux, le surtourisme contribue à une augmentation de la consommation d’eau, de la pollution de l’air, des détritus et des déchets dans les destinations touristiques.

Pourquoi le surtourisme est-il un problème ?

L’affluence dans les lieux touristiques les plus populaires du monde a conduit à limiter le nombre de visiteurs dans certaines destinations et attractions. Selon les experts, un trop grand nombre de touristes peut endommager des environnements ou des sites fragiles, effrayer la faune et la flore, faire grimper les loyers locaux et encombrer les routes étroites. …

Quelles sont les principales causes du surtourisme ?

Selon certaines personnes, les causes du surtourisme sont le manque de compréhension des gouvernements quant aux impacts négatifs du tourisme, une mauvaise planification, la croissance des classes moyennes dans le monde et la croissance du marché chinois.

Joelaindien

Pierre, alias Joelaindien, est ingénieur en aménagement du territoire, diplômé de l'ENS d'Horticulture et d'Aménagement du Paysage. Il est passionné de voyages, des deux côté de la barrière, puisqu'il est à la fois voyageur invétéré et propriétaires de locations saisonnières. Il sera ravi de répondre à vos questions, laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page